un projet art-science-industrie-éducation

pour sauver les barrières de corail.

à gauche le motif d'un corail montastrea carvernosa, à droite de la dentelle au point d'esprit (vue au microscope). 

corail et point d'esprit

Fin de l’été 2017, l’artiste est invité par l’association lyonnaise HS-Projets à participer à l’édition clermontoise 2018 du Festival International des Textiles Extraordinaires. L’association HS-Projets a pour objet de favoriser les échanges d’idées, de savoir-faire et d’expériences sur les questions relatives au patrimoine, à la création contemporaine et aux dynamiques culturelles extra européennes, ainsi que la mobilité internationale en stimulant la circulation des objets patrimoniaux, des artistes, des créateurs, des professionnels et des chercheurs extra européens. Pur répondre à cette invitation, Jérémy Gobé choisit de s’inspirer d’un savoir-faire traditionnel de la région Auvergne Rhône-Alpes : le point d’esprit, motif traditionnel de dentelle au fuseau du Puy-en-Velay. Ce motif, créé il y a plus de 400 ans, ressemble à s’y méprendre au dessin d’un des squelettes coralliens qu’il utilise dans le cadre de ses expérimentions artistiques.

et si la dentelle du Puy-en-Velay pouvait contribuer à sauver les coraux ?

art, science, industrie et éducation


Fort de son intuition et guidé par son approche sociétale de l’art, l'artiste Jérémy Gobé imagine le projet Corail Artefact : une solution globale - art, science, industrie et éducation - l'objectif étant de lutter contre la disparition des coraux. Pour ce faire, il crée un fonds de dotation et une entreprise afin de développer les recherches (artistiques, scientifiques et industrielles) et les actions de sensibilisation (auprès des scolaires et du grand public) du projet.

s’inspirer de la nature pour répondre à nos problématiques contemporaines.

urgence climatique


Les récifs et barrières de coraux longent plus de 150 000 kilomètres de côtes dans plus de 100 pays et territoires. La plus grande et la plus connue de ces formations, la Grande Barrière, au large des côtes australiennes, s’étend sur quelques 2000 km. Les récifs coralliens réduisent considérablement les dommages dus aux tempêtes et ouragans, de même qu'ils absorbent l'énergie dévastatrice des tsunamis. Sans cela, certains pays situés dans des atolls, comme les Maldives, Kiribati, Tuvalu et les Îles Marshall n’existeraient plus. Comme les forêts, les récifs de coraux sont de formidables capteurs de CO2. Ils abritent 25 % de la biodiversité marine. Si nous n’agissons pas d’urgence pour diminuer les effets du réchauffement climatique, de la pollution, de la surpêche et autres menaces, ces organismes où la vie prospère vont disparaître.

30 %

de la Grande Barrière de corail 
a disparu en 2016

60 %

des récifs coralliens sont 
directement menacés par les activités humaines

100 %

des coraux auront disparu 
d'ici 2050

nos partenaires

© 2020 - Corail Artefact - Tous droits réservés.