Début 2010 ...

RESIDENT_JEREMYGOBE_1.jpg
CORAIL_RESTAURATION_VARIATION6_JEREMYGOBE_ANDREMORAIN_7.jpg

à gauche,

l'oeuvre Résident de Jérémy Gobé, 2012

bureau d'atelier, sangle de tapissier et clous, 110 * 80 * 100 cm

à droite,

Corail Restauration, 2013

Chevilles de chantier, squelette de corail et meuble de récupération.

Vue d’exposition « Meltem » au Palais de Tokyo. Collection Chasse-Spleen.

Suivant son idée de mettre en valeur des savoir-faire voués à disparaitre, l’artiste Jérémy Gobé crée des oeuvres à partir de matières offertes par les ouvriers d’usines sur le point d’être fermées...
De l’enfance jusqu’au Beaux-Arts, il a grandi en région Nord et Grand-Est, régions dont on sait à quel point l’industrie textile a souffert.


À la même époque, il chine souvent chez Emmaüs des objets du passé qu’il pourrait mettre en valeur. Il y découvre des coraux ; immédiatement fasciné par ces sculptures de la nature, il décide de prolonger celles-ci avec différents matériaux tels que de la céramique, des chevilles de chantier, du tricot etc., et étudie ces structures complexes de manière quasi scientifique.

Suivant son esprit, se crée un lien entre disparition du tissu corallien, élément vital du cycle naturel de notre planète et paupérisation du tissu industriel textile en France, très souvent support de maintien de la vie locale.
En poursuivant ses recherches, il identifie trois facteurs majeurs de dégradation des récifs coralliens :


1. Le réchauffement climatique, en grande partie dû aux gaz à effet de serre ;
2. La pêche en grande quantité, dynamite et/ou cyanure ;
3. Les plastiques qui, en se dégradant, libèrent des particules toxiques ;


Le tout accentué par le manque d’information précise et d’éducation en profondeur sur la nature et la gravité de cette dégradation et ses conséquences sur la planète.

Fin de l'été 2017 ...

19.jpg

Jérémy Gobé est invité par l’association lyonnaise HS-Projets à participer à l’édition clermontoise 2018 du Festival International des Textiles Extraordinaires. Sur place, il choisit de s’inspirer d’un savoir-faire traditionnel de la région Auvergne Rhône-Alpes : le point d’esprit, motif traditionnel de dentelle au fuseau du Puy-en-Velay. Ce motif, créé il y a plus de 400 ans, ressemble à s’y méprendre au dessin d’un des squelettes coralliens qu’il utilise dans le cadre de ses expérimentions ...

Et si cette dentelle pouvait contribuer à sauver les coraux ?


Lui vient une idée : réfléchir à un support en dentelle pour stimuler la régénération corallienne. Les scientifiques cherchent depuis longtemps un support (ou substrat) pour capter plus de larves, support dont ils estiment qu’il doit présenter les trois caractéristiques suivantes : rugosité, souplesse et transparence. La dentelle en coton répond à ces critères ; elle est en plus biosourçable, biodégradable et biomimétique.
Jérémy Gobé a très vite l’envie d’imaginer ce que pourrait être une dentelle améliorée, inspirée du point d’esprit, en
y intégrant des nouvelles technologies et en proposant d’autres fibres biosourcées en local.

Début 2018 ...

CORAILARTEFACT_BOUTURE_anemone_Aiptasia-palida_dentelle_t0_x1.6_CORAILARTEFACT_1-1.tif

Jérémy Gobé met au point un programme de Recherche, Développement et Innovation (RDI) associant art, science, industrie et éducation pour un projet qu’il baptise corail artefact.

Ce projet comprend le support dentelle, mais aussi :


Des structures en béton écologique pour recréer les récifs détruits.

Les récifs artificiels existants sont réalisés en grande partie avec du béton cellulaire (non écologique). Il s’agit d’un mélange d’eau, de ciment et de sable. Le sable est souvent issu du fond des mers ou des littéraux, ce qui favorise la montée des eaux. Par ailleurs la production du ciment est celle qui dégage le plus de C02 au monde. En substituant le sable et le ciment précités par des matériaux à la fois biosourcés mais aussi renouvelables, il est possible de créer un béton purement écologique.
Des outils d’aquariologie pour éviter que lors de l’expérimentation (en laboratoire et in situ), les coraux soient en présence d’éléments toxiques (plastiques, colles, …).
Des objets au design évocateur, utiles, écologiques et mettant en valeur des matériaux alternatifs au plastique, destinés à démontrer qu’il est possible de modifier nos habitudes.
Un ensemble de contenus et d’événements de sensibilisation auprès des scolaires et du grand public.


En mai 2018, les premiers tests du support dentelle en laboratoire sont réalisés.
 

Début 2019 ...

IMG_20190809_150615_edited.jpg

Début 2020 ...

Jérémy Gobé s’associe à Claire Durand-Ruel ; ils structurent ensemble le projet et constituent une première équipe.


En mai 2019, Jérémy Gobé réalise pour la première fois des sculptures/structures au motif corail cerveau de Neptune en béton écologique. Ce test permet de montrer que ces structures sont propices à l’accroche, la fixation pérenne et la reproduction de cnidaires (famille regroupant coraux, anémones, méduses…), sans dégager aucune substance toxique.


À la même période s’achèvent les premiers essais du support dentelle.

Great Barrier Reef


Afin de poursuivre le développement des actions Corail Artefact, les partenaires et prestataires sont renouvelés et le projet se structure comme suit :


Fonds de dotation corail artefact
Actions de sensibilisation auprès des scolaires et du grand public (Expositions, kits pédagogiques, ateliers créatifs, …) sur la base des travaux / résultats concrets et soutien aux activités’’ recherche’’ des deux structures ci-dessous :


SAS corail artefact Art & Design
Développement et commercialisation de solutions art et design (oeuvres, expositions, prototypages, …).


SAS corail artefact Science et Technology
Développement et commercialisation de solution de régénération des récifs coralliens (support dentelle, structure en béton écologique, outils d’aquariologie, …).